Les appareils électroniques face à l’écoconception et au droit à la réparabilité

Les appareils électroniques face à l’écoconception et au droit à la réparabilité

Un article de presse, édité par Thomas Estimbre et publié dans le journal La Tribune édition "Loire" en date du 30 mars 2020, relate le droit à la réparation pour les appareils électroniques. Cette initiative engage l'augmentation de la durée de vie des produits et de lutter contre l’obsolescence programmée.

Pour rappel, la Commission Européenne a dévoilé son nouveau plan d’action pour l’économie circulaire. Elle a proposé une série de mesures pour déployer la durabilité des produits en passant par la conception et la production de ceux-ci. L’objectif étant de garantir l’utilisation des ressources aussi longtemps soit-il au sein de l’économie de l’Union Européenne.

Ainsi, parmi ces nombreuses mesures, l’une d’entre elles concerne un droit à la réparation pour les appareils électroniques. Les objets concernés seraient les téléphones portables, les ordinateurs portables et les tablettes. Le but étant de renforcer le principe d’écoconception.

Selon le commissaire européen à l’Environnement, Virginijus Sinkevicius, a déclaré que : « En premier lieu, notre but est d’augmenter le cycle de vie des produits, qu’ils aient des pièces remplaçables et réparables, ce qui permettrait aux consommateurs de choisir s’ils veulent utiliser leurs appareils plus longtemps ».

Le matériel électronique est une priorité mais pour l’instant, les mesures ne sont pas détaillées par la Commission Européenne. A ce jour, l’objectif de Bruxelles est d’intégrer ce droit dans la législation européenne d’ici 2021.

Cependant, l’article cite quelques mesures que la Commission a laissé entendre, pour allonger la durée de vie des produits telles que :

  • Promouvoir la réutilisabilité, réparabilité et l’évolutivité des composants et des logiciels ;
  • Des informations fiables pour le consommateur ;
  • La performance environnementale des téléphones, tablettes ou ordinateurs portables ;
  • Des mesures règlementaires pour les chargeurs de téléphones et appareils similaires ;
  • La possibilité de retourner ou revendre son appareil électronique au niveau de l’UE.

Par ailleurs, la mise en place d’indice de réparabilité a été annoncé par le gouvernement français d’ici fin 2020, d’après l’article.  

Pour lire : Le nouveau plan d’action de la Commission Européenne pour l’économie circulaire

Source de l’information : article du journal La Tribune édition "LOIRE" (Thomas Estimbre) ; Illustration : Pixabay

Partager :
3725
Auteur de la page

Utilisateur

Modérateur

Vincent Jay

Chef de projets