Le reconditionnement à l'épreuve de l'économie circulaire

Le reconditionnement à l'épreuve de l'économie circulaire

Pour qu’un article soit reconnu comme reconditionné, il doit passer par des étapes incontournables de contrôle qui assure son bénéfice solidaire et eco-responsable :

1/ L’entreprise vendeuse doit faire toute la transparence sur le sourcing des produits vendus, ils doivent être achetés prioritairement dans leur zone de vente auprès d'entreprises, d'associations ou de particuliers.

2/ Le reconditionnement des produits doit être réalisé sur le lieu de vente ou a proximité pour éviter une nouvelle étape de transport et de rejet carbone. 

3/ La garantie commerciale des produits achetés ou réparés varie entre 3 mois et 2 ans dans la majeure partie des cas. Il faut vérifier que celle-ci soit bien étendue à 2 ans en cas de vice caché et qui permet d'obtenir un remboursement total (annulation de la vente) ou partiel de votre achat et une indemnisation en cas de dommage. 

4/ Le mode de transport qu'utilise le reconditionneur est aussi primordial, il doit privilégier le transport vert, (Colissimo et Chronopost) ou le deux-roux pour les plus courtes distances.

5/ Le reconditionneur doit être à jour de ses REP ( responsabilité élargie du producteur) et mettre à disposition des urnes de recyclage : batteries, composants électriques etc

Depuis le 1er janvier 2022, un numéro d’Identifiant Unique (IDU) est attribué à chaque producteur soumis à la Responsabilité Elargie du Producteur (REP) qui s’acquitte de ses obligations (adhésion, déclaration, paiement des contributions).

6/ Certains reconditionneurs appliquent la TVA sur marge sur leur facture. Pour l'entreprise cliente cela signifie que la TVA  n’est pas récupérable, soit l’équivalent d’un achat 20% plus cher.

7/ L'emballage des articles vendus doit prioritairement se faire par la ré-utilisation des emballages reçus et/ou s’assurer que l’ensemble des composants d’emballages soit recyclables.

8/ Pour les réparations, le reconditionneur doit veiller à la réutilisation de composants fonctionnels d’origine et du recyclage des composants défaillants via des organismes de collectes agréés.

9/ Le reconditionneur doit être labellisé ( ISO, Envol ou QualiRepar, ), gage de qualité  que le reconditionneur applique bien les recommandations de l’Ademe et des programmes RSE.

10/ Le Prix. Etre bien attentif au prix barré. s‘agit-il d’une promotion ou d’un indicateur du prix du neuf à sa date de sortie. Un ordinateur MacBook d’occasion de 2012 valant 300€ ne peut pas raisonnablement être affiché en prix barré à 1290€ (prix du neuf), l’usage et la dévalorisation ne serait absolument pas pris en compte.

Photo de Greg Rosenke sur Unsplash

Partager :
Auteur de la page

laurent PARIENTE

Modérateur

Arthur Bonglet

Community manager