La neutralité carbone pour le secteur des industries lourdes en Europe, c’est possible !

Atteindre zéro émissions carbone à l’horizon 2050 pour les industries lourdes européenne a été démontré possible d’après deux rapports de la Fondation Européenne Pour Le Climat. Si le projet est porté par une politique favorable à l’atteinte de cet objectif, ces industries pourraient faire contribuer leurs actions pour le projet européen de réduction des émissions carbone pour 2050, actuellement en discussion entre les membres d’états, tandis qu’elles conserveraient leurs compétitivités.

Les deux rapports : « Industrial Transformation 2050 » et « Pathways to Net-Zero Emissions from EU Heavy Industry », concluent que cela est possible. L’industrie lourde - acier, ciment, chimie représente aujourd'hui 14 % des émissions globales de l'Union européenne. Alors que tous les autres secteurs entament la décroissance de leurs émissions carbones. Arriver à zéro émission nette pourrait se faire sans imputer trop fortement les finances, avec un coût limité à 0,2% du budget européen à l'horizon 2050.

Pour les experts de la Fondation Européenne pour le Climat, ces industries doivent miser sur l’économie circulaire, sous peine de voir leurs émissions carbones augmenter de façon drastique. Augmenter l’efficacité des matériaux à travers la chaine de valeur pourrait soustraire 58 à 171 Mt de CO2 par ans jusqu’à 2050. Ces mesures pourraient être : de nouvelles méthodes et techniques de production pour réduire les déchets ; améliorer la coordination tout au long de la chaine de valeur pour une éco-conception et une augmentation de la durée de vie des produits ; développer l’économie de la fonctionnalité dans ces services ; ainsi qu’une meilleure efficience dans l’utilisation des matériaux et les technologies de capture et stockage du CO2.

Le réemploi des matériaux déjà utilisé dans le processus de production peut faire largement diminuer les émissions. En 2050, 70% de l’acier et des plastiques pourrait être produit par les matériaux recyclés. Cela réduirait grandement l’utilisation des énergies fossiles.

Ajoutant à cela des mesures d’investissement dans les innovations et des procédés de stockage du carbone, le secteur des industries lourdes pourrait, au total, sauver entre 328 et 830 millions de tonnes de CO2 par ans d’ici à 2050.

Les experts expliquent qu’avec la mise en place de ces méthodes, le prix des voitures, maisons et des biens devront augmenter de 1%. Néanmoins cela devra se faire avec une augmentation de 0,2% du PIB européen projeté d’ici 2050. En revanche, cela implique des transformations profondes qui nécessitent d’accroître les investissements à court terme de 25 à 60 %.

Laurence Tubiana, la directrice de la Fondation Européenne pour le Climat expliquait : « Dans les secteurs autrefois conservateurs, ce distingue maintenant des leaders qui envisage des modèles et technologies de production différents, incluant une production de d’acier, de gaz et d’automobiles zéro carbone. L’époque où la réduction des émissions de l’industrie lourde était considérée comme impossible est terminé. Les leaders de l'industrie étudient de nouvelles technologies et visions d’avenir ».

Source : Le site de la Fondation Européenne pour le Climat


 Allongement de la durée d'usage
 Analyse du Cycle de Vie
 Eco-conception
 Gouvernance territoriale
 Gouvernance
 Recherche et Développement
 Stratégie
 Fondation Européenne Pour Le Climat

Modérateur

  • Aymeric Vericel

    Assistant responsable de projet web éditorial

    Suivre
  • Auteur de la page

  • Aymeric Vericel

    Assistant responsable de projet web éditorial

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Allongement de la durée d'usage
     Analyse du Cycle de Vie
     Eco-conception
     Gouvernance territoriale
     Gouvernance
     Recherche et Développement
     Stratégie
     Fondation Européenne Pour Le Climat