Une expérience va être menée à l’échelle du Pôle d’activités de Toulon-Ouest : la création d’un circuit de valorisation des biodéchets. L’idée est de créer un cercle vertueux en triant et en valorisant les matières organiques produites sur le Pôle d’activités. Éléments d’explication.
Ce projet est mené de front par l’Adeto et le Groupement national des indépendants Hôtellerie Restauration Sud Paca (GNI), organisation professionnelle représentant les restaurateurs, les cafetiers, les hôteliers ou encore les traiteurs ou les établissements de nuit. L’idée répond à un contexte réglementaire précis, celui de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, publiée le 17 août 2015. Le texte prévoit la généralisation du tri à la source des biodéchets d’ici 2025, pour tous les producteurs de déchets en France. La mise en décharge des biodéchets est à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre, gaz qui représente « un pouvoir de réchauffement » global 25 fois supérieur à celui du CO2. Dans le même ordre d’idée, l’incinération de ces déchets produit aussi du gaz à effet de serre et du CO2 lors de la combustion.
À l’inverse, selon le ministère de la Transition écologique, la valorisation organique via le compostage, l’épandage ou encore la méthanisation, permet de rendre au sol, ou de transformer, des matières organiques brutes en une matière valorisable : le compost ou le digestat, lesquels sont adaptés aux besoins agronomiques des sols.

Créer un modèle économique pérenne
Autre constat, celui réalisé sur le Pôle d’activités de Toulon-Ouest : hormis l’unité de valorisation organique, toutes les étapes du cycle des biodéchets sont présentes sur la zone. On y dénombre une cinquantaine de points de restauration, des grandes surfaces et de l’activité agricole, tous producteurs de déchets organiques. Des organismes de collecte officient également sur le périmètre du Pôle d’activités. Cependant, les solutions existantes ne sont pas optimales pour ce type de déchets : la Métropole TPM d’une part, traite les ordures ménagères assimilées via l’Unité de Valorisation Énergétique de Toulon, or le potentiel énergétique des biodéchets ne peut pas être efficacement valorisé par l’incinération dans la mesure où ils ont une forte teneur en eau ; les prestataires privés d’autre part, transportent les déchets collectés sur des sites de traitement situés hors du département, ce qui implique un coût de transport important. Aussi, l’idée est de créer un nouveau circuit de valorisation, sur le modèle de celui porté par la société Moulinot compost et biogaz en région parisienne : on encourage et on développe le tri des biodéchets à la source ; les biodéchets sont valorisés par la voie de la méthanisation ; on crée un compost de qualité à destination des agriculteurs et/ou des viticulteurs locaux. En filigrane, le projet poursuit l’objectif de mettre sur pied un modèle économique pérenne, favorisant l’économie locale et les circuits courts.

Source : Le Mag de l'Adeto #73 - Automne/Hiver 2020

Dernière mise à jour le le 17-11-2020 par Laure ROSSOGLIO

  • Vue 56 fois

Structure de la page