Opération santé témoin : « intégrer l’économiecirculaire dans les établissements de santé »

Communiqué de presse ADEME du 22 janvier 2020

Après avoir réalisé auprès de la grande distribution, des ménages et des entreprises agro-alimentaires et industrielles, des opérations témoins qui ont démontré que des économies financières peuvent être réalisables en mettant en œuvre des actions pour réduire les impacts environnementaux, l’ADEME a réitéré l’expérience auprès des établissements de santé et médico-sociaux. Cette Opération Santé Témoin, réalisée en partenariat avec la Fédération Hospitalière de France (FHF), la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne (FEHAP), la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) et l’Agence Nationale d’Appui à la Performance (ANAP), a permis à 17 établissements d’analyser leurs pratiques et de mettre en place des actions sur les thèmes de la réduction et de la valorisation des déchets, de la lutte contre le gaspillage alimentaire et des achats responsables afin d’améliorer leurs pratiques, réduire leurs impacts environnementaux et réaliser des économies financières.

Des actions simples et concrètes pour des achats plus responsables, une réduction du gaspillage alimentaire et une meilleure valorisation des déchets

Pendant 9 mois, l’ADEME a accompagné 17 établissements – 14 établissements sanitaires et 3 EHPAD- dans la réalisation d’un court audit sur la réduction et la valorisation des déchets, le gaspillage alimentaire et les achats responsables au sein de ces structures puis l’élaboration d’un plan d’actions. A terme, les différentes actions ont été évaluées d’un point de vue financier et environnemental.

Les actions menées par les établissements dans le cadre de la réduction et la gestion des déchets ont majoritairement porté sur un meilleur tri des déchets d’activité de soin. Par exemple, il est essentiel de distinguer les DASRI (déchets d’activités de soins à risques infectieux), beaucoup plus coûteux à éliminer (incinération spécifique), des autres déchets, qui peuvent être soit valorisables (filières de recyclage classiques pour une valorisation « matières »), soit éliminables à coût moindre (incinération classique, stockage). L’opération a ainsi permis la création de nouvelles filières de traitement des déchets et la révision du contrat avec le/les prestataires pour intégrer plus de valorisation. Concernant le gaspillage alimentaire, les actions choisies visaient à réduire le pain jeté, adapter les quantités préparées et les quantités servies, adapter la carte au goût des patients et résidents. Il a été constaté que les établissements qui ont eu les meilleurs résultats sont ceux ayant réalisé des pesées pour bien identifier la nature du gaspillage, à la fois sur les retours assiette et sur la production côté cuisine.

Enfin, du côté de la mise en place d’achats responsables, les établissements ont mené plusieurs actions parmi lesquelles celles d’introduire des critères environnementaux / de santé en particulier sur les produits d’entretien ou le papier, réduire les achats générant beaucoup de déchets (bouteilles d’eau, vaisselle jetable), former les acheteurs aux achats responsables.

(...)

> Lire la suite sur le site de l'ADEME et prendre connaissance des exemples cités


 Accompagnement
 Action collective
 Affichage environnemental
 Aménagement territorial
 Coopération territoriale
 Information
 Modèles économiques
 Outils et dispositifs
 Soutiens publics
 santé
  soins

Auteur de la page

  • VincentJ CIRIDD

    Chef de projets - CIRIDD

    Suivre

  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Accompagnement
     Action collective
     Affichage environnemental
     Aménagement territorial
     Coopération territoriale
     Information
     Modèles économiques
     Outils et dispositifs
     Soutiens publics
     santé
      soins