Les indicateurs de l'économie circulaire pour les entreprises, une publication EpE - INEC

Communiqué de presse EpE - 25 octobre 2018

Selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, la consommation globale de ressources pourrait plus que doubler entre 2015 et 2050, mettant sous très forte pression les capacités planétaires. L’économie circulaire pourrait être une des réponses à l’épuisement des ressources et aux pressions sur l’environnement – pollution, destruction de la biodiversité.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à explorer de nouveaux modèles d’affaires intégrant les principes de l’économie circulaire. Or, pour piloter leurs démarches et leurs stratégies, elles ont un besoin croissant d’indicateurs pour mesurer leur degré de circularité et ses effets sur l’environnement. Pour les orienter, les membres d’Entreprises pour l’Environnement (EpE) et de l’Institut National de l’Economie Circulaire (INEC) ont réalisé cette publication commune.

La première partie décrit les raisons qui incitent les entreprises à s’engager dans la mesure de leur circularité et répond aux questions : comment, pour qui et pourquoi mesurer ? La seconde partie décrit les outils disponibles et leurs limites pour une démarche d’entreprise. La troisième partie est une analyse des indicateurs utilisés par les entreprises membres d’EpE et de l’INEC. A partir de ces éléments, une quatrième partie propose des recommandations simples aux entreprises pour définir leurs indicateurs d’économie circulaire.
La publication est enrichie de 22 témoignages et bonnes pratiques mises en place par les entreprises.

Les entreprises et l’économie circulaire

Pour les entreprises, l’économie circulaire contribue, d’une part, à la réduction de certains risques le long de la chaîne de valeur pouvant impacter le fonctionnement et l’image de l’entreprise, qu’ils soient environnementaux, de disponibilité des ressources ou réglementaires. D’autre part, elle peut être un vecteur de création de valeur via la différenciation et l’innovation.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’engager dans des démarches d’économie circulaire et ont un besoin croissant d’indicateurs afin d’en mesurer les effets.

Les outils de mesure aujourd’hui

À l’heure actuelle, il n’existe pas « de méthode reconnue pour mesurer l’efficience d’un pays ou d’une entreprise dans la transition vers l’économie circulaire, et non plus d’outils holistiques de suivi pour appuyer un tel processus ». (European Environmental Agency, 2016).

Les travaux des organisations et chercheurs qui se sont attelés à la question des indicateurs de l’économie circulaire concernent principalement les produits et le niveau territorial ; peu concernent directement l’échelle de l’entreprise. (Cf. p.36 : synthèse des outils existants)

Les approches centrées sur les produits par exemple sont utiles pour améliorer et communiquer sur un produit ou une gamme de produits. Cependant ces indicateurs ne prennent pas toujours en compte l’ensemble des impacts de l’entreprise (approvisionnement et fonctionnement des bureaux par exemple), ni l’usage de ses produits (mutualisation ou autre) et ne mesurent pas sa contribution à un progrès global vers une économie circulaire.

Analyse des indicateurs utilisés par les entreprises

Pour réaliser cette analyse, un recensement effectué par EpE et l’INEC sur une quarantaine de rapports de développement durable de membres issus des différents secteurs de l’économie a permis l’identification de plus de 160 indicateurs. Les principaux enseignements de cette analyse sont les suivants :

  • Les entreprises utilisent déjà une grande variété d’indicateurs, en fonction de leur stratégie et des pratiques déjà existantes, du secteur d’activité, du domaine d’action, des ressources considérées, des objectifs environnementaux poursuivis.
  • Les indicateurs recensés portent principalement sur des informations liées aux déchets (60%) et, dans une moindre mesure, des informations liées aux produits et à leur usage (écoconception, durée d’usage, part de marché).
  • Les indicateurs opérationnels sont plus fréquents que les indicateurs économiques.
  • Les indicateurs d’impact environnemental permettent de mesurer les conséquences des mesures prises.

Recommandations aux entreprises pour construire leurs indicateurs

Plutôt qu’un cadre complet, EpE et l’INEC proposent ici une démarche permettant à chaque entreprise d’identifier un ensemble d’indicateurs pertinents pour elle qui consiste à :

  • identifier les enjeux matériels à l’entreprise en considérant son activité, les différentes ressources mobilisées et les différentes étapes, actuelles ou potentielles, du cycle de vie de ses produits et services ;
  • s’assurer que les indicateurs sont en adéquation avec la stratégie de l’entreprise et les faire évoluer progressivement ;
  • privilégier un ensemble d’indicateurs pour représenter les dimensions pertinentes de l’économie circulaire et identifier les éventuels effets rebonds qui réduisent l’effet positif de la circularité ;
  • durant l’élaboration des indicateurs, stimuler l’engagement des collaborateurs, impliquer les parties prenantes et veiller à leur bonne intégration dans les processus opérationnels.

Source de l'information 
Télécharger la publication (PDF - 8 Mo)


Autres actualités dans "Information"

La neutralité carbone pour le secteur des industries lourdes en Europe, c’est possible !

Publié le 17 juin 2019 - 14:38

Atteindre zéro émissions carbone à l’horizon 2050 pour les industries lourdes européenne a été démontré possible d’après deux rapports de la Fondation Européenne Pour Le Climat. Si le projet est porté par une politique favorable à (...)

Les chaînes de fast-food signent un « contrat d’engagement » pour le tri des déchets

Publié le 12 juin 2019 - 11:31

Quinze chaînes de restauration rapide vont devoir se plier à de nouvelles réglementations concernant le tri des déchets. Ce mardi 11 juin 2019, au terme d’une rencontre des géants du secteur avec le ministère de la Transition écologiq (...)

Air-Ink : Ou quand la pollution devient une ressource

Publié le 12 juin 2019 - 10:27

Une start-up estime que la pollution rejetée par les véhicules n’est autre qu’une ressource à exploiter. Une technologie a ainsi été développée afin de fabriquer de l’encre à utiliser dans divers produits. “La pollution n’est rien (...)



 Accompagnement
 Affichage environnemental
 Centres de ressources
 Clubs d'acteurs
 Coopération territoriale
 Engagement volontaire
 Indicateurs
 Information
 Modèles économiques
 Mutualisation d'infrastructures et de services
 Outils et dispositifs
 Référentiel
 Réglementation
 Réseaux d'acteurs




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités

CITEO : Wébinaire éco-conception et achat responsable à voir en intégralité en ligne
Publié le 13 juin 2019 - 12:26
Les chaînes de fast-food signent un « contrat d’engagement » pour le tri des déchets
Publié le 12 juin 2019 - 11:31
Le Smart Port Day #1
Publié le 07 juin 2019 - 11:21
[Vidéo] La fondation Ellen MacArthur explique la mise en place du modèle d’économie circulaire
Publié le 06 juin 2019 - 15:58
[Lecture] « Survivre au péril plastique » par Matthieu Combe
Publié le 03 juin 2019 - 14:11