FEDEREC organise une conférence de presse pour s’opposer au retour à la consigne voulue par le gouvernement

FEDEREC organise une conférence de presse pour s’opposer au retour à la consigne voulue par le gouvernement

La Fédération des Entreprises du Recyclage (FEDEREC), qui fut créée en 1945, représente 1250 entreprises de recyclage en France ; Elle tenait une conférence de presse tenue « en urgence » après l’annonce de Brune Poirson voulant mettre en place la consigne sur les produits en PET et notamment les bouteilles plastiques.

Une conférence de presse de FEDEREC a eu lieu pour exprimer leur désaccord envers les dispositions voulue par le gouvernement. Cette conférence de 1h30 est disponible sur le Twitter de FEDEREC en suivant ce lien : https://twitter.com/_FEDEREC_/status/1143106003086405632

Quels sont leurs revendications ? 

La mise en place de la consigne se chiffre à environ 300 millions d’euros de coût pour le consommateur puisque la consigne (d’environ 20 centimes) est payée au moment de l’achat du produit, et même si elle est rendue après avoir ramené la bouteille plastique, elle sera reperdue après un rachat de bouteille.

La consigne va également, selon eux, augmenter les transports pour ramasser la consigne tout en conservant le ramassage des déchets déjà en place puisque ceux-ci seront toujours jetés dans un bac jaune ou marron pour le ramassage ménager. Ainsi, le bilan écologique de la manœuvre n’est pas certains. Pour eux, cela détruit le système de tri des déchets mis en place depuis plus de 20 ans.

Ils craignent également que les déchets plastiques ne soient pas rapportés aux points de tri des consignes. De plus, ils dénoncent le « Greenwashing » inhérent au principe de consigne voulu par le gouvernement, car cette consigne devrait se faire uniquement sur les bouteilles plastiques PET qui sont collectées en majeure partie (90% selon eux) mais triées à hauteur de 50% du fait que les bouteilles soient jetées dans les mauvais bacs de tri.  

Ils posent aussi la question de savoir qui touchera l’argent de la revente de ce plastique ? Car ils dénoncent le fait que cet argent soit utilisé par les grandes enseignent tel que Coca-Cola, Nestlé, etc. pour financer le dispositif de collecte.  La question est donc de savoir s’ils vont capter la valeur de la matière & la valeur du plastique non retourné car source de profit pour celui qui met en place cela.

Ils expliquent également ne pas avoir été concerté par le gouvernement sur cette décision de mise en place de la consigne. Une erreur selon eux, car une concertation entre professionnels et gouvernement serait le bienvenu.

Un autre modèle de collecte des déchets est également présenté pendant cette conférence, un système voulant simplifier les consignes des bacs de tris. Ce système veut séparer les déchets « humide/sale » des déchets ménagers et les biodéchets dans trois bacs différents afin de faciliter le tri une fois les déchets collectés. Une infographie présente ce nouveau modèle.

Un dossier spécial fait par la FEDEREC intitulé « Dossier Spécial Consigne » reprend les arguments entendu dans la conférence de presse. Il contient également une infographie sur le nouveau modèle voulant être mis en place.

Partager :
Auteur de la page

Aymeric Vericel

Assistant responsable de projet web éditorial

Modérateur

Aymeric Vericel

Assistant responsable de projet web éditorial